Personnalités locales

Edmond Marrot prêtre missionnaire en Chine

Edmond Marrot prêtre missionnaire en Chine

Un « illustre inconnu » Maureilhanais: Edmond MARROT

Edmond, David, Antoine MARROT est né le 9 juillet 1867 à Maureilhan-et-Ramejan, diocèse de Montpellier, département de l’Hérault. Il reçoit la tonsure le 15 juin 1889. Ordonné prêtre le 3 juillet 1892, il partit pour le Se-tchoan oriental le 31 aout 1892. En 1893, il fut nommé vicaire à Iuin-tchoan hien, et, en 1896, fut envoyé à Tchang-tcheou. Il y construisit un oratoire, qui fut béni en 1897. En 1901, il fut chargé du district de Py-chan, et en 1904, chargé du district de Ouang-kia-ouan, dans la préfecture de Siu-Tin. En 1905, il était à Leang-chan, et en 1926, fut chargé de la chrétienté de Tchang-tcheou, sur les bords du fleuve Yangtze. En 1939, il quitta Tchang-tcheou pour devenir archiviste à l’évêché de Chungking. Il se retira ensuite au petit séminaire. Il mourut à Tse-mu-chan le 6 février 1947.

Les prieurs, prêtres et curés qui ont servi la paroisse de Maureilhan

Recherche historique effectuée par J. Colombié - Maureilhan -

Cette liste n’a pas la prétention d’être complète, elle comporte probablement quelques erreurs car il est difficile, voire impossible, aux XIV et XVème siècles de faire la différence entre les prieurs prêtres du bourg de Maureilhan de Béziers et ceux de la paroisse de Maureilhan. Il en est ainsi de Raynaud deVignogoul 1319, de Pierre Rousilhes 1539, de Jacques Nivelle 1543. Ces noms ne sont donnés qu’à titre indicatif. La liste s’établit donc comme suit1

L’an 1463 : Hugues Serpaud, fit renouveler les emphytéotes baux du prieuré.

L’an 1470 : Pierre Rijoulet, Comme Serpaud, bibliothèque Nationale, liste des prieurs.

L’an 1491 : Paul de Montolieu, Archives départementales de l’Hérault (A.D.H.) G586/587.

L’an 1573 : Pierre Rigaud, même référence.

L’an 1577 : Guillaume Arnaud, même référence.

L’an 1578 : Bernard de Naux, A.D.H. :G587/88/89.

L’an 1603 : Pierre Catalan- probablement Cathala de Cazouls.

L’an 1605 : Bedos (« un certain Bedos ») Visites pastorales 1605. Archives municipales de Béziers.

L’an 1940 : Mestre, état civil de Maureilhan.

L’an 1645-1656 : Vénèze, orthographe incertaine, état-civil.

L’an 1656-1661 : Deuillaz, même remarque et même origine

L’an 1661-1665 : Azemar, qui était également prieur de Campagnoles.

L’an 1665-1694 : Astanières, d.c.d. en 1694, le meilleur de tous les prieurs.

L’an 1695 : Sumery, prieur et prêtre avec Dubourg comme prêtre secondaire puis Comby.

L’an 1699-1700 : Doumergue, qui signe à l’état civil « prieur curé ».

L’an 1700-1703 : Lavergne2 qui a une écriture affreuse. Dans le même temps A.Mouly.

L’an 1703 (juillet) à aout 1733, Soulié.

L’an 1733 aout 1753 : Combescure, il obligea les consuls à construire le presbytère actuel.

L’an 1753 (octobre) à aout 1761 : Chauliac, originaire de Puimisson comme Combescure.

L’an 1761 (3 sept.) au 30 aout 1761 : Crozilhac, de pézénas, prêtre réfractaire (le plus mauvais prieur) A.D.H. L-2764-.

L’an 1791 (20 juin) au 20 nov.1792: Tabariès, ancien prieur de Ramejan d.c.d. le 25/11/1792.

L’an 1793 : Jean-Pierre Bernard, « citoyen curé ». archives municipales.

L’an 1795 : Jean Louis Bouillet, vite infirme et remplacé alors que l’église est fermée.

L’an 1796 : Jean André Barthés, prêtre assermenté, l’église est rendue au culte.

L’an 1800 : Jean Joseph Ricaud, Référence archives Rey aux A.D.H. (comme les deux suivants).

L’an 1806 : Rouch, curé de Maraussan, dessert la paroisse il est prêtre de service, d.c.d. à Maureilhan.

L’an 1807 : Ginieis (sous réserve d’après le 7-F-40 (Rey) aux A.D.H.

L’an 1811 : Jean Pierre Saurat, Habite le presbytère restauré en 1809 après 11 ans de fermeture.

L’an 1831 : Crassous, la date de départ du curé Saurat n’est pas connue (1822 ?).

L’an 1835 : Ranvaud, de Béziers, nommé professeur au grand séminaire en 1838.

L’an 1838-1875: Pierre Milhau, le meilleur de tous les prêtres, d.c.d. le 14 mars 1875 après 37 ans de sacerdoce.

L’an 1875-1880 : Couve, malade, il quitte la paroisse le 28 juillet 1880 après un legs fait à cette dernière.

L’an 1880-1886 : Arribat3, né à la Salvetat, Voir commentaire en fin de page sur l’action de ces 3 curés.

L’an 1886-1902 : François Darlay, né au Pouget en 1857.

L’an 1902-1912 : Marre, lui aussi né au Pouget.

L’an 1912-1947 : Henri Durand, d.c.d. le 5/1/1947, l’église neuve ne sera jamais terminée.

L’an 1947-1949 : Valada.

L’an 1949-1955 : Cayla, aumonier de l’armée, il y retourne en 1955 (poursuivi ?).

L’an 1955-1960 : Brice.

L’an 1961-1962 : Père François-Régis Coste, il ouvre « l’ère des Franciscains ». Gravement malade, il décède l’été 1962.

L’an 1962-2000 (octobre) : Père Vincent Prunet, autre Franciscain. Pendant 38 ans, le long ministère de cet homme de bien rehausse l’estime générale pour les desservants de la paroisse. D’une certaine façon,le Père Vincent qui a à la fois terminé le vingtième siècle et le deuxième millénaire, a sans que l’on s’en doute terminé également le service quasi ininterrompu des desservants qui pendant plus de cinq siècles ont été à la disposition exclusive des habitants de la paroisse.

L’an 2000 (septembre) : Pierre Martin, Prêtre de la « grande paroisse» regroupant Maraussan, Maureilhan, Cazouls, Cessenon, Roquebrun et Ceps. Il créera avec ces villages de la rive droite de l’Orb la paroisse « Notre Dame des Vignes ».

L’an 2004 (septembre) à septembre 2005 : Gui Lauraire, nommé prêtre insolidum avec le père Martin, il restera un an sur la paroisse Notre Dame des Vignes.

L’an 2005 (septembre) à septembre 2006: Laurent Harmandon, curé de Saint Pons est nommé prêtre modérateur

L’an 2006 (septembre) à septembre 2009: Joseph-Marie Verlinde, chapelain de Saint Joseph de Montrouge à Puimisson (Famille St Joseph), curé de la paroisse Notre Dame des vignes. Dans le même temps le Frère Philippe (Famille St Joseph) Diacre est ordonné prêtre en juin 2007 par Monseigneur l’Archevêque Gui Thomaseau à la cathédrale de Béziers et devient vicaire pour la paroisse.

L’an 2009 (septembre) à septembre 2013 : Le Père Laurent Harmandon est curé de la paroisse « Notre Dame des Vignes ».

L’an 2012 (septembre) : Le Père David Cortés est nommé curé de la paroisse « Notre Dame des Vignes ».

1/ Presque tous les noms de cette liste ont été relevés sur l’état civil pour la partie antérieure à 1789. Les deux premiers noms ont été découverts par Melle Blayac dans la liste des prieurs de la B.N.

2/ Le prieur Lavergne est parfois une énigme, tant il est vrai que son écriture est (presque) illisible:

3/ Chose rare, ces trois prêtres ont donné pour aider à la construction d’une église. Le fait valait d’être souligné. L’Histoire leur doit bien ce modeste hommage posthume.

Notes :

- Les dates entre 1800 et 1835 ne sont souvent qu’approximatives pour les curés Richaud, Rouch, Ginies, Saurat et Crassous.