L’association

L’association Saint Baudile a vu le jour le 23 octobre 2001.

Elle a pour but l’entretien et la restauration de l’église St Baudile de Maureilhan, voici raconté son parcours, de sa naissance à nos jours, ou :

La petite histoire dans la Grande Histoire:

C’est celle de l’association Saint Baudile qui entre dans l’histoire à la suite de l’effondrement du maître autel de notre petite église paroissiale. Nous n’y prêtions plus trop attention à notre église, mais on l’aimait bien quand même : nous y avons connu tant de prêtres au cours de tant célébrations et de prières, nous y avons été baptisés, fait notre communion, on s’y est mariés, nos deuils aussi sont venus au fil du temps renforcer cette sorte de complicité secrète qui a généré en chacun de nous tant de souvenirs et de paix ; et comme toutes ces choses qui nous sont habituelles et que l’on croit indestructibles, on ne s’était pas rendu compte qu’elle avait vieilli, qu’on l’avait délaissée, livrée au temps qui passe:

SB-site-gal2

Et voici que la première chose qui saute aux yeux dès que l’on rentre, c’est cet autel soutenu par deux jambes de force, comme deux béquilles pour un éclopé. Cet évènement qui est ressenti immédiatement comme le début d’une catastrophe, va engendrer une prise de conscience de quelques paroissiens qui s’alarment et alertent la population: il faut faire quelque chose et c’est urgent !

Paradoxalement, une fois l’effet de surprise dépassé, cet épisode va s’avérer positif puisqu’il va occasionner la naissance de l’association en octobre 2001. Comment pourrait-on l’appeler ? Une seule réponse : Saint Baudile, du nom de notre Saint Patron.

Et on se met au travail. C’est vrai qu’en y regardant de plus près, du travail, il y en a ! Et pourtant cela en vaut la peine.  A preuve : ce premier dossier monté par l’association et la municipalité va être accepté et permettre dans un premier temps le classement de la chaire et la proposition d’inscription des cinq tableaux du chœur et des fonds baptismaux à l’inventaire des monuments historiques. Entre temps les Maureilhanais n’ont pas perdu leur temps et ont montré leur intérêt pour cet élément majeur de leur patrimoine qui est un peu leur âme : cent adhérents en 2002, le premier marché de noël lancé, qui aura un grand succès. L’autel peut enfin être restauré. Les travaux débutent en octobre 2004 et se terminent fin mars 2005. La table d’autel en marbre de Carrare, offerte par de généreux mécènes Maureilhanais sera posée en juin 2005. Quelques temps après, notre artiste locale Violette Liegault et son amie Jacqueline Bouvier professeur d’art pictural s’engagent dans la restauration des deux chapelles de la Sainte Vierge et de Saint Joseph. Trois mois de travail et un résultat éblouissant au-delà de toute espérance. Nous sommes au printemps 2007. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, c’est en mai 2007 que nous apprenons que l’église de Maureilhan en totalité est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

Comme cela apparait à la lecture de ces quelques dates, il faut fournir un long travail et faire preuve de beaucoup de patience et d’opiniâtreté pour que l’usure du temps desserre son emprise et que la fraicheur revienne raviver les couleurs ternies ; pour que l’abandon grandissant de ce lieu saint ne vienne compromettre définitivement la pérennité de l’édifice et des richesses dont il est l’écrin. Pourtant, la question s’est posée à certaines personnes : fallait-il demander le classement de l’église ? Même si cela n’apparaissait pas clairement à l’époque, la réponse est aujourd’hui évidente. Que ces quelques lignes d’histoire qui ravivent un peu notre mémoire, soient l’occasion d’adresser nos plus vifs remerciements à toutes les personnes de la municipalité, de la D.R.A.C. (Direction Régionale des Affaires Culturelles), de l’association, ainsi que toute autre « bonne volonté » qui ont permis que ce cadeau nous soit fait. Car c’est bien un cadeau. Qui nous venait de nos parents et que nous avons pour devoir de transmettre à notre tour aux générations futures.

Et l’aventure continue : Ainsi, nous sommes en novembre et décembre 2008, la décision était prise par la municipalité de remettre en conformité l’installation électrique. Pendant un peu plus de deux mois un grand chantier allait s’ouvrir. Il n’en fallait pas plus pour que tout le monde s’active, chacun dans sa spécialité, pour que le nouvel éclairage entièrement repensé vienne révéler les trésors jusqu’alors dissimulés par l’obscurité et la poussière. Cela ressemblait à une ruche qui « brounzine » comme on dit chez nous. Va et vient continu : L’entreprise Rouanet qui refait l’installation électrique, les employés et élus municipaux, les Maureilhanais soudain soucieux de rendre à leur église la santé de sa jeunesse se présentent chaque matin avec leurs outils et leurs bras. Et on tape, on perce, on nettoie, on dépoussière, on déshumidifie même, et là il n’est nul besoin de raconter, il suffit de regarder. Nous vous invitons à consulter la deuxième galerie photos, et là mieux que par un long discours, vous pourrez vous rendre compte du parcours effectué et du résultat final.

Nous vous souhaitons simplement une bonne visite.

Et bien sur notre tache ne s’arrête pas à l’admiration de ce qui a été fait, bien que cela soit un formidable encouragement. Il s’agit maintenant de poursuivre notre but. Ainsi, parmi les travaux d’entretien et de restauration restant à effectuer, deux urgences se présentent à nous comme deux défis à relever. Le premier concerne la chaire, aujourd’hui classée, qui malheureusement est dans un état préoccupant, tant elle se trouve attaquée par les charançons. Le deuxième chantier concerne l’orgue qui d’après le facteur d’orgue qui l’a examiné : « est un très bel instrument de très bonne facture (fabriqué en 1860 par Jean-Baptiste Stoltz), mais qui se trouve dans un très mauvais état et mérite une restauration !»

Pour ces deux chantiers, il n’est pas question ici de toucher à quoi que ce soit, seuls un ébéniste d’art pour la chaire et un facteur d’orgue peuvent entreprendre ces travaux. Notre rôle consiste donc à « trouver » les sommes nécessaires par tous les moyens qui sont à notre disposition : demandes de subventions, mécénat, etc. et bien entendu les fonds propres de l’association. Nous comptons donc sur toutes les bonnes volontés, les idées et le travail collectif de chacun pour que notre démarche aboutisse.

C’est le 30 septembre 2009. Le site Intrenet est né. Depuis quelques jours nous travaillons à son alimentation.  Même si cela représente un peu de travail, c’est encore une occasion qui nous est offerte de partager quelques informations et d’échanger photos, souvenirs et bons moments… et aussi, bien sur d’agrandir notre famille au delà des portes du village.

C’est en février 2011 qu’il devient possible d’entreprendre la restauration de la chaire. L’ébéniste d’art a reçu son bon de commande. La « chaire à prêcher » (c’est comme cela qu’on l’appelle en termes de métier) va être remise en état. Les travaux débuteront le 11 février pour se terminer le 13 avril. Et voilà, la chaire a retrouvé son aspect originel sans pour autant perdre la patine des années qui font tout le charme d’un objet d’art. Merci à l’Entreprise Capron qui a réalisé les travaux et à la municipalité de Maureilhan pour sa participation, tout cela avec l’agrément et les conseils bienveillants de la D.R.A.C. (Direction Régionale des Affaires Culturelles).

Nous sommes en septembre 2013. Une nouvelle phase de travaux s’ouvre avec le dossier de restauration de l’ensemble de l’église. Il débute par la visite de l’architecte des bâtiments de France qui va établir un diagnostic global de l’état de l’édifice. De ces résultats dépendront les possibilités de restauration à entreprendre à plus ou moins long terme.

Voilà, l’aventure continue! Merci à tous et bon courage pour ce chemin qu’il nous reste à parcourir ensemble

Aujourd’hui, l’association est administrée par :

  • Président: Joël MILLAU – 30 rue de Ramejan – 34370 Maureilhan
  • Vice Président: Jean-Luc ANGLADE – 8 rue de château – 34370 Maureilhan,
  • Secrétaire: Marie-Paule GRANJARD – 13 rue des Cazalets – 34370 Maureilhan
  • Trésorière: Mireille PASTOR – rue de château –  34370 Maureilhan